Trauma psychique

/Trauma psychique

Trauma psychique

2015-12-05T11:23:51+00:00décembre 5th, 2015|Commentaires fermés sur Trauma psychique
« Retour au glossaire

Trauma psychique suite à un accident ou une agression

La définition du trauma psychique n’est toujours pas consensuelle, certains le reliant au concept de stress, d’autres le considérant comme indissociable de la psyché, tous s’accordant cependant pour souligner le rôle de l’événement qui peut lui donner naissance.

Sur le plan sémantique, les différents termes employés aujourd’hui traduisent d’ailleurs toujours la variété des abords théoriques de ces troubles : post-traumatic stress disorder pour les Anglo-
Américains et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ,terme  traduit par « état de stress post-traumatique » névrose traumatique pour d’autres.

Le trauma psychique correspond à un événement subit, inattendu, violent ; une notion d’effraction qui, sans attenter à l’enveloppe corporelle, se fait dans l’organisation psychique du sujet et produit des conséquences sur cette organisation psychique.

Le trauma psychique se réfère donc à un événement  surprend, ce qui rompt la continuité du temps et des activités, il fait date ; mais son importance vient du sens qu’il prend pour
un individu ou une collectivité.
Le trauma psychique a une dimension accidentelle : l’événement est, pour celui qui le vit, de l’ordre de l’inattendu ; c’est l’accident qui dans l’événement est traumatique,
C’est le hasard malheureux, la coïncidence, qui ne répond ni à des lois générales, ni à des facteurs de constance.
Le trauma psychique possède une dimension subjective: l’accident est unique, il est pour un sujet et pas pour tous, parmi ceux qui traversent la même expérience ; un événement
traumatique concerne toujours un sujet, il comporte à la fois une part de réel qui relève de l’accident, et une
part de subjectivité dans laquelle le sujet est engagé.

L’événement traumatique est une confrontation d’un sujet à sa propre mort, soit directement, soit indirectement à travers la mort d’un proche ou d’un autre dont il a été le témoin .
Ce n’est pas la dimension quantifiable de la gravité de l’événement qui fait traumatisme mais bien la spécificité qu’il prend pour le sujet dans son histoire personnelle, même s’il a naturellement
tendance à en occulter la part de subjectivité.

Évaluation du traumatisme psychique des victimes d’agression

L’examen dit de retentissement psychologique a pour but d’évaluer chez les victimes l’éventuel impact psychologique consécutif à une agression. Cet examen est réalisé par des
psychiatres spécialistes du domaine médico-judicaire.

L’examen  a pour but de permettre une reconnaissance par la justice du traumatisme psychique subi par la victime, au même titre que le traumatisme physique. Cette évaluation est
particulièrement complexe en particulier du fait de l’impossibilité de déterminer a priori les éventuelles séquelles psychologiques à long terme.

Lors de cette évaluation, il peut être demandé au psychiatre de fixer une durée d’incapacité totale de travail (ITT)

L’ITT est la traduction en jours d’une incapacité fonctionnelle.
Il s’agit de la période, en jours, pendant laquelle une victime d’agression ou d’accident ne peut réaliser tout ou partie d’au moins une des activités nécessaires à sa vie quotidienne, comme se déplacer, se nourrir, se laver, s’habiller et aller aux toilettes.
L’ITT traduit de façon quantitative le retentissement fonctionnel des blessures détaillées par le médecin. Elle ne reflète pas la violence infligée mais ses conséquences.
Il s’agit de quantifier l’importance de l’agression au sens juridique du terme, en cas de violences involontaires(art 222-19 et 222-20 du code pénal) ou en cas de violences volontaires (art 222-
11, 222-13 du code pénal et textes réglementaires R. 624-1, R. 625-1).

L’ITT concerne l’impact de l’agression sur les actes de la vie courante de la victime.Afin que l’évaluation du retentissement psychologique et de l’ITT soit la plus juste possible, il faut examiner les victimes à distance de l’agression (au minimum 8 à 10 jours après) car, à l’inverse des atteintes physiques, les atteintes psychiques ne sont pas fixées dans les suites immédiates de l’agression. Il est possible qu’elles s’aggravent dans les semaines, voire les mois qui suivent l’agression.

Expertise médicale suite à trauma psychique

Lors de l’expertise médicale du dommage corporel subi par la victime d’un accident ou d’une agression, il est important de faire reconnaître l’atteinte à l’intégrité psychique liée au traumatisme psychique ainsi que tous les préjudices en résultant. L’assistance des victimes par un médecin expert de leur choix est  nécessaire .

« Retour au glossaire
NOUS CONTACTER

COMPENSEO

Cabinet du Dr M. SABLON

135 Chemin de Volte
Quartier Domazane
26250 LIVRON SUR DRÔME

Par téléphone:
04 75 60 11 14

Par mail: Contacter le Docteur SABLON
This website uses cookies and third party services. Settings Ok