« Retour au glossaire

Qu’est ce qu’une ostéochondrite disséquante?

L’ostéochondrite disséquante est définie comme une ostéonécrose avasculaire localisée de l’os sous-chondral avec perte progressive du support osseux pour le cartilage.

La pathogénie de l’ostéochondrite est mal connue, elle semble succéder assez fréquemment à un traumatisme. Il est possible mais non démontré qu’elle soit l’effet d’une nécrose osseuse sous-chondrale par ischémie. Elle provient probablement et fréquemment d’une fracture sous-chondrale par traumatisme unique ou, beaucoup plus souvent, par micro-traumatismes répétés .

L’ensemble des auteurs s’accorde pour retenir l’étiologie traumatique et ischémique.

L’ostéochondrite disséquante du coude est une lésion localisée de l’articulation pour laquelle une histoire d’hypersollicitation est fréquemment retrouvée. Elle a été particulièrement décrite en milieu sportif mais peut également se voir en milieu professionnel.

Epicondylite d’origine professionnelle

Le médecin du travail est amené à connaitre cette pathologie et ses facteurs favorisants afin d’en prévenir la survenue et de la dépister précocément. Il peut s’agir d’un salarié qui effectue des gestes répétitifs et est exposé aux micro-traumatismes répétés dus aux engins vibrants. Ceci peut tout à fait expliquer la survenue de ses deux atteintes : tendinopathie et ostéochondrite disséquante, qui sont intriquées.

L’ostéochondrite disséquante du coude intéresse habituellement le condyle huméral.

Le sujet effectue des gestes répétitifs et est exposé aux micro-traumatismes répétés dus aux engins vibrants. Ceci peut tout à fait expliquer la survenue de ses deux atteintes : tendinopathie et ostéochondrite disséquante, qui sont intriquées.

L’épicondylite peut être déclarée au titre des maladies professionnelles puisqu’elle figure au tableau n° 57 des maladies professionnelles (régime général) et que les travaux effectués par le salarié comportent habituellement des mouvements répétés.

Chez un jeune sportif, il est possible d’évoquer des microtraumatismes occasionnés par la pratique de la moto trial .

 

« Retour au glossaire