« Retour au glossaire

Acouphène suite à un accident avec dommage corporel

L’acouphène est un symptôme fréquent qui affecte 10 % de la population générale,en particulier en cas d’exposition sonore professionnelle  ou musicale. En France, plus de six millions de personnes présenteraient un acouphène, dont environ 300 000 déclareraient une plainte importante, source d’altération majeure de la qualité de vie. Il correspond à la perception d’un son interne qui peut altérer de façon majeure la qualité de vie.

L’acouphène est une perception élémentaire interne, généralement non structurée, décrite par le patient comme un sifflement, un souffle, une pulsation, un click …

Les acouphènes sont pathologiques lorsqu’ils sont perçus dans les ambiances sonores « normales » et donc potentiellement sources de gêne ou d’inconfort persistant.

La classification des acouphènes distingue les acouphènes objectifs (acouphène qui peut être entendu ou enregistré) des acouphènes subjectifs (acouphène uniquement perçu par le patient), plus fréquents.

Après lésion périphérique de l’oreille moyenne ou interne, la désafférentation auditive induirait une hyperactivité et/ou une réorganisation fonctionnelle de structures centrales auditives et extra-auditives.  Aucune thérapeutique étiologique n’étant actuellement disponible, la prise en charge des acouphènes subjectifs invalidants vise uniquement à favoriser les processus de tolérance grâce à l’enrichissement sonore ou les thérapies cognitives et comportementales.

Expertise médicale et acouphènes

L’existence d’acouphènes constitue une doléance fréquente lors des expertises médicales.

La subjectivité de la plainte rend difficile leur appréciation.

Une origine cochléaire est retenue lorsqu’ils s’associent à une atteinte auditive par commotion labyrinthique.

En l’absence d’atteinte cochléaire objective, ils seront évalués dans le cadre du syndrome postcommotionnel des traumatisés du crâne

 

« Retour au glossaire