Appelez nous! 04 75 60 11 14|contact@docteur-sablon.expert

INFECTION NOSOCOMIALE SUR PROTHESE

Accueil » INFECTION NOSOCOMIALE SUR PROTHESE
INFECTION NOSOCOMIALE SUR PROTHESE 2017-06-21T12:43:39+00:00

Infection nosocomiale sur prothèse de hanche ou de genou

La prévalence des infections sur prothèse articulaire est de 1 à 2 % pour les prothèses totales de hanche et d’environ 3% pour les prothèses totales de genou.

Infection sur prothèse de hanche ou de genou

Les infections sur prothèse articulaire sont suspectées cliniquement et/ou radiologiquement sans signes formels, elles doivent être confirmées par des prélèvements bactériologiques réalisés en dehors de toute antibiothérapie.

La qualité de ces prélèvements engage le pronostic.

Le traitement est médicochirurgical et institué par une équipe multidisciplinaire.

Deux tableaux s’opposent dans leur présentation clinique, leur traitement et leur pronostic :

• les infections aiguës précoces ou secondaires par voie hématogène, qui sont des urgences chirurgicales ; elles associent un tableau brutal (général et local) ; la prothèse peut être
conservée dans 75 % des cas par l’association d’un lavage débridement associé à une antibiothérapie par voie générale ; la rapidité de la prise en charge conditionne le pronostic .
• les infections chroniques liées à une contamination, le plus souvent périopératoire ; le problème essentiel est de savoir évoquer le diagnostic devant une prothèse douloureuse, sans signes classiques évidents d’infection ; le traitement associe un changement de la prothèse (en un ou deux temps) et un traitement antibiotique par voie générale (6 à 12 semaines).

L’existence de pathologies médicales lourdes associées contre-indiquant un changement de prothèse peut conduire à pratiquer une ablation simple de la prothèse (résection tête
et col) ou à un traitement antibiotique isolé (traitement dit suppressif).

La surveillance doit être prolongée sur au moins 2 ans, pour détecter les éventuelles récidives infectieuses.

Expertise médicale de l’infection nosocomiale sur prothèse

En présence d’une infection nosocomiale, l’expertise médicale doit permettre de démontrer le caractère nosocomial de l’infection. le patient doit constituer un dossier médico-légal complet apportant toutes les preuves de l’existence d’une infection nosocomiale sur prothèse.

Une fois que l’infection nosocomiale sur prothèse est reconnue, il faut évaluer le dommage imputable à cette infection nosocomiale.

L’évolution fonctionnelle est appréciée sur la clinique (boiterie, douleurs, périmètre de marche, mobilités) et sur l’évolution des radiographies. Le résultat fonctionnel des changements de prothèse pour descellement aseptique est toujours inférieur à celui d’une prothèse de première intention. Après changement pour infection, cette notion est également vérifiée. La survie de ces prothèses est moindre.

La complexité de la prise en charge et la gravité des infections nosocomiales sur prothèses impliquent une prise en charge rigoureuse qui ne peut être que multidisciplinaire.

Une collaboration entre chirurgiens-orthopédistes, anesthésistes, infectiologues, microbiologistes et médecin traitant s’impose tant pour le diagnostic, le traitement et le suivi des infections sur prothèse ostéo-articulaire. La guérison infectieuse est en règle générale obtenue, parfois au prix de plusieurs interventions, mais le résultat fonctionnel est toujours inférieur à celui d’une prothèse de première intention.

 

Le savez vous?

 

Le savez-vous?

Expertise CRCI
Vous êtes convoqué par un expert désigné par la CRCI suite à votre demande d’indemnisation : un médecin conseil de votre choix doit vous assister lors de l’expertise médicale, face aux médecins conseils missionnés par les assureurs des établissements et professionnels de santé mis en cause.

L‘indemnisation d’une infection nosocomiale dépend du résultat de l’expertise médicale
En cas d’infection nosocomiale, le patient qui envisage de demander l’indemnisation du dommage résultant de l’infection nosocomiale doit se faire assister d’un médecin conseil expert en dommage corporel dès le stade de la constitution du dossier médicale.

Seul face aux médecins experts?

Il n’est pas conseillé de se rendre seul à une expertise en responsabilité médicale. L’assistance du patient est indispensable.

L’expertise médicale est la phase clé du processus d’indemnisation de votre dommage corporel

La présence d’une médecin de recours de votre choix sera capitale lors de la discussion médico-légale aux fins d’évaluation des postes de préjudice.

 

 

Contactez le Dr SABLON
Contactez le Dr SABLON
Médecin expert de victimes depuis 2010
04 75 60 11 14